Chirurgie buccale : guide pratique sur l’implantologie

L’implantologie dentaire est une procédure de réhabilitation hautement esthétique destinée aux personnes qui ont perdu leurs dents naturelles pour diverses raisons. L’implantologie dentaire est une branche de la dentisterie qui vise à restaurer les dents manquantes par l’insertion de racines artificielles en titane (implants dentaires).

L’implantologie dentaire

Les dents artificielles sont conçues pour remplacer les dents réelles, mais manquantes, tant sur le plan esthétique que sur celui de la fonction masticatoire. Les techniques d’implantologie dentaire de pointe, permettent une réhabilitation permanente de la mastication et évitent l’inconfort lié à l’utilisation de prothèses mobiles, en assurant un résultat esthétique égal à celui des dents naturelles. Les causes de la perte des dents sont nombreuses : traumatismes mécaniques, caries profondes, les maladies parodontales, d’autres pathologies de la cavité buccale. La perte d’une ou plusieurs dents entraîne une réduction de la fonction de mastication qui, à son tour, provoque une lente perte de masse et de densité osseuses. Suite à la perte d’une dent, grâce à l’implantologie dentaire, il est possible de recourir à différentes solutions : les prothèses mobiles partielles ou totales, les bridges sur des dents naturelles, réhabilitation avec des implants dentaires.

Lors de la première consultation, l’implantologue explique au patient un plan de traitement adapté. L’implantologue procède à une évaluation diagnostique approfondie, à l’aide d’examens diagnostiques tels que des radiographies, des orthopantomographies et un scanner dentaire numérique (3D). Avant la procédure d’implantologie dentaire, afin de garantir le meilleur résultat de l’opération, l’implantologue prépare une planification guidée par ordinateur qui sera utilisée lors de la pose de l’implant. La planification assistée par ordinateur est un outil particulièrement utile dans le domaine de l’implantologie dentaire, car elle augmente la précision de la pose des implants et réduit le caractère invasif de l’opération, au bénéfice du patient. Pour plus d’infos sur l’implant dentaire et la lésion implantaire péri-apicale, rendez-vous sur le site chirurgie-buccale.org.

Le temps d’intégration de l’implant et le temps de cicatrisation

La procédure d’implantologie dentaire consiste en la pose d un implant dentaire en titane intégré à l’os de l’arcade dentaire concernée (implantologie ostéo-intégrée). Il en résulte une liaison stable entre l’os et l’implant dentaire qui lui permet de résister à des charges masticatoires élevées. L’implant est laissé dans l’os et la gencive le temps nécessaire à l’ostéo-intégration : le patient ne verra aucune différence dans sa bouche. Habituellement, le temps d’intégration de l’implant varie en fonction de l’os concerné : maxillaire (4-6 mois) ; mandibulaire (3-4 mois). Le temps de cicatrisation est estimé par l’implantologue, qui tient également compte des facteurs susceptibles de ralentir l’ostéointégration. Dans certains cas, il est possible d’effectuer la pose de l’implant dentaire sans couper la gencive. Cette technique permet de minimiser le traumatisme chirurgical de l’intervention et de raccourcir le temps de guérison.

Après la période d’ostéo-intégration, on procède à la mise à nu de l’implant. Il s’agit d’une petite opération à effectuer avant de commencer la phase finale de la fabrication de la nouvelle dent. La mise à nu de l’implant expose sa tête dans la cavité buccale, grâce à des vis de cicatrisation qui servent à adapter la gencive.

L’implantologie dentaire : est-ce que cela fait mal ?

Normalement, l’intervention d’implantologie est réalisée en ambulatoire et nécessite l’administration d’une anesthésie locale. À la demande du patient, l’intervention peut également être réalisée sous sédation consciente analgésique. Dans tous les cas, le patient ne ressent aucune douleur pendant l’opération. La sédation consciente analgésique est une méthode simple, non invasive et sans effets secondaires, qui vous permet d’affronter toute séance dentaire en toute tranquillité. Ce type de sédation implique l’administration d’un médicament analgésique par nébulisation intra-nasale. Il peut être aussi utilisé pour tout traitement dentaire.

Outre les procédures chirurgicales, il est utilisé pour des pratiques telles que l’hygiène dentaire, le traitement canalaire, le traitement des caries et des parodontes et les procédures d’implantologie. Il s’agit d’une technique répandue et scientifiquement reconnue qui réduit la perception de la douleur et le niveau d’anxiété du patient, laissant le sujet conscient et lucide, sans provoquer d’effets secondaires. La sédation consciente analgésique convient à tous les âges et les enfants peuvent également la subir.

Publié le
Catégorisé comme Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *